Voici comment les Visétois gèrent cet arrêt forcé

Voici comment les Visétois gèrent cet arrêt forcé

Voici comment les Visétois gèrent cet arrêt forcé 500 500 URSL Visé

Situation particulière pour les footballeurs de la Nationale 1 jusqu’à la 4e provinciale. Impossible de savoir quand la saison reprendra son cours normal vu la sévérité de la crise sanitaire. Outre le report des matches, les entraînements collectifs ne peuvent plus être donnés en Wallonie. José Riga, le coach de l’URSL Visé, fait le point.

Le dernier match officiel de l’URSL Visé date du 18 octobre. Ce jour-là, les Visétois s’étaient inclinés face à Tirlemont (1-2). Ensuite, l’arrêt de la Nationale 1 a été officiellement acté. Une décision qu’on peut qualifier de logique. Mais c’est également du jamais-vu ! L’adaptation est donc assez complexe. Et on ne voit pas du tout le bout du tunnel…

Mais comment les Visétois gèrent-ils cette situation ? La personne la mieux placée pour répondre à cette interrogation est évidemment José Riga. « Nous allons proposer un programme individuel de trois entraînements par semaine aux joueurs », débute l’entraîneur des Oies.

« Ensuite, nous proposerons des additionnels pour les joueurs qui le souhaitent. Concrètement, il s’agit donc d’un panel de suggestions d’activités. Un rendez-vous chaque semaine via le système ‘Zoom’ entre le staff et les joueurs nous permettra aussi de rester en contact ».

Reste à savoir quand tout ce beau monde aura la chance de se retrouver sur un terrain de manière collective, puis quand la reprise de la compétition pourra avoir lieu. « Je suis perplexe quant à une reprise après le 15 novembre », commente José Riga. « Une préparation est nécessaire avant de pouvoir disputer un match de championnat. Un planning d’entraînements devra être organisé afin de ne pas perdre ce qui a été acquis. Difficile de se projeter car il n’y a aucune deadline pour le moment. Quant au virus, il a toujours une longueur d’avance. Mais l’arrêt était normal. Certains clubs allaient disputer un cinquième match en Nationale 1 alors que d’autres étaient toujours bloqués à zéro ».

Jouera-t-on encore en 2020 ? « Avec deux semaines de préparation après le 15 novembre, on pourrait encore disputer deux matches cette année. Mais pour la viabilité des clubs, la meilleure solution serait probablement d’avoir une vision à moyen et non plus à court terme. Se donner le temps de reprendre et enchaîner les matches en 2021 pourrait être bénéfique. Certes, nous serions amenés à jouer les week-ends mais également en semaine. Ce serait un rythme davantage ciblé sur la compétition que sur les séances d’entraînements ».
Yannick Goebbels