FLASH NEWS L’URSL Visé vous présente son nouveau sponsor principal : Ladbrokes

Revue de presse : un goût de trop peu sur le plan offensif

Revue de presse : un goût de trop peu sur le plan offensif

Revue de presse : un goût de trop peu sur le plan offensif 1600 900 URSL Visé

Pour son premier match de championnat en Nationale 1, l’URSL Visé a partagé l’enjeu face à Dessel Sport (0-0). Découvrez comment la presse régionale analyse la prestation des Oies.

Le spectacle offert face au RWDM en Coupe de Belgique avait enchanté les supporters. Ces derniers restaient par contre sur leur faim au terme du match de N1 face à Dessel Sport. Le goût de trop peu est énorme dans le camp local, comme le relatent mes confrères de la presse écrite.

« Visé rate son entrée en matière », titre Maxime Debra dans la Meuse. Des mots durs liés au résultat et qui s’expliquent surtout par un manque d’efficacité. « Dessel est et restera donc bien la bête noire de Visé… Que ce soit à l’époque du CS ou de l’URSLV, le club de la Basse-Meuse n’a toujours pas enregistré la moindre victoire face aux Anversois. Pourtant, cette saison, Dessel était largement prenable pour les hommes de José Riga. Dominateurs tout au long du match, ces derniers ont fait preuve d’un manque de réalisme flagrant », résume le journaliste.

« Sur l’ensemble de la partie, on peut compter les occasions franches sur les doigts d’une main. Visé a eu la possession de ballon durant toute la partie, les combinaisons suivaient bien mais une fois aux 16 mètres, plus rien. C’est bien simple, en première période, l’URSL Visé n’a pas cadré une seule frappe », analyse encore Maxime Debra dans son texte.

Dans la DH, le ton d’Yves Hardy est similaire. Dans sa présentation de la rencontre, ce dernier évoquait déjà les difficultés rencontrées par les Oies face à cette équipe de Dessel Sport. La série se poursuit donc… « Ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain », titre-t-il dans son papier de lundi avant d’en préciser les raisons. « L’URSL Visé n’arrive donc toujours pas à vaincre Dessel, sa bête noire. Pourtant, cette fois-ci, les Visétois devaient renvoyer l’équipe anversoise, bien moins compétitive que par le passé, à ses chères études. Ce qui aurait permis à José Riga et ses hommes d’entamer le championnat de la meilleure des façons. Un Riga déçu du résultat, comme tout le clan visétois, mais pas satisfait non plus du contenu proposé par son équipe, aussi dominante dans le cœur du jeu qu’inefficace dans les seize mètres adverses », écrit Yves Hardy.

Le souci est clair : il est offensif. « Si le verre est à moitié vide, c’est aussi parce que les Visétois ont une fois de plus péché à la conclusion. Un souci d’efficacité offensive qui paraît évident. Détail chiffré : si on retire la prolongation victorieuse contre Richelle en Coupe, Visé n’a inscrit aucun but durant le temps réglementaire de ses trois dernières rencontres ». Un constat simple et juste.
Yannick Goebbels