FLASH NEWS URSL Visé : les conséquences d’un week-end « bye »

Revue de presse : José Riga furax sur l’arbitrage

Revue de presse : José Riga furax sur l’arbitrage

Revue de presse : José Riga furax sur l’arbitrage 1600 900 URSL Visé

Samedi, les Visétois ont fait douter le nouveau leader de Nationale 1. Mais c’est bien le Patro Eisden qui s’est imposé sur le score de 1-0. Râlant et surtout frustrant vu les événements. Revue de presse.

L’arbitrage est au centre des colonnes médiatiques ce lundi. Que ce soit dans la DH ou dans les éditions liégeoises et bassi-mosanes du journal La Meuse, la non-décision de M. Allaerts fait plus que jamais débat.

Dès les titres, on comprend que le malaise est profond. « Visé méritait mieux », a choisi Maxime Debra dans La Meuse. Court, clair et précis ! Dans la DH, Yves Hardy a opté pour : « C’était pourtant notre meilleur match », à savoir une déclaration justifiée du coach José Riga.

Dans le chapeau, à savoir cet ensemble de lignes qui préface un texte dans La Meuse, l’arbitrage est directement pointé du doigt. « Battu au Patro Eisden Maasmechelen, Visé a pourtant livré l’un de ses meilleurs matches en termes de gestion et d’organisation. Volé d’un penalty, les Visétois ont été punis par le réalisme du nouveau leader ».

Dans la DH, les premières lignes du texte d’Yves Hardy font référence à ce tournant décisif de la partie. « Furax, José Riga ! À deux pas de la porte d’un vestiaire silencieux qu’il avait momentanément délaissé, le coach visétois ne décolérait pas. Et à raison ! ‘Vous l’avez vu comme moi ce penalty ?’ Une frappe cadrée de Guillaume Dequaire stoppée par le bras de Corstjens. Évident comme le nez au milieu du visage, sauf pour M. Allaerts, le fiston de l’ancien arbitre international. ‘Pourquoi ne prennent-ils pas leurs responsabilités comme nous devons prendre les nôtres ?’, fustigeait encore José Riga. ‘C’est un gros coup sur la tête quand on voit la débauche d’efforts, on a l’impression d’être volé !’ ».

Dans La Meuse, il ne faut pas non plus attendre très longtemps avant de lire la réaction à chaud de l’entraîneur principal de l’URSL Visé. « Décevant, frustrant et volé » : voici les premiers mots du coach pour résumer cette partie entre le Patro Eisden Maasmechelen et le club venu de la Basse-Meuse ». « Et pour que je m’exprime de cette façon, il faut déjà que les faits soient graves », a ajouté le mentor des Oies. « On savait très bien que ce match allait se jouer sur un détail. Je ne comprends pas comment l’arbitre n’a pas pris ses responsabilités. Le pire, c’est que le juge de ligne signale le penalty, mais il n’a pas bronché. Il faut arrêter de nous prendre pour des imbéciles. C’est l’arbitre qui laisse le Patro dans le match ce samedi », analysait encore José Riga.

Et à part cette non-décision arbitrale inqualifiable, que dire de la prestation des Oies ? Eh bien, les journalistes l’ont trouvée plutôt positive. A l’instar de José Riga, donc… « Face au redoutable jeu de transition de son adversaire, l’URSL Visé en était revenu pour l’occasion à des fondations plus classiques, moins risquées. Une organisation solide dans une rencontre d’hommes, engagée et intense. Du presque parfait sur le terrain du nouveau leader », juge Yves Hardy.

Mais ce match va laisser des traces, c’est certain… « Nicolas Gerits et Matisse Thuys, tous les deux avertis durant la partie, seront suspendus pour le déplacement aux Francs Borains dans 15 jours, les Oies étant bye le week-end qui arrive », écrit encore Maxime Debra. « Ayoub El Harrak, lui, s’est de nouveau blessé à la même cuisse qu’en début de saison. La première fois, il souffrait d’une déchirure. On espère pour lui que, cette fois, c’est moins grave ».
Yannick Goebbels