Elimination de l’URSL Visé en Croky Cup : la presse est unanime

Elimination de l’URSL Visé en Croky Cup : la presse est unanime

Elimination de l’URSL Visé en Croky Cup : la presse est unanime 1600 900 URSL Visé

Comme c’est devenu une habitude, voici une revue de presse au sujet de l’URSL Visé. En ce début de semaine, les médias ont évidemment mis l’accent sur la Coupe de Belgique et l’élimination des Oies au terme d’un match à suspense face à Dessel Sport qui s’est joué dans la prolongation (1-2), au grand dam des visités.

Pas d’équipe de Division 1 au menu de l’URSL Visé en Coupe de Belgique. Plus de rencontre tout court en Croky Cup cette saison pour les protégés de José Riga d’ailleurs. En cause, le revers difficile à digérer face à Dessel Sport dimanche après-midi. « Dans ce match de bon niveau, disputé et riche en occasions, la pièce aurait pu tomber du bon côté. Il n’en est rien. À l’issue de la prolongation, l’URSL Visé a dit au revoir à la Coupe de Belgique, des regrets plein la tête », résume à merveille Daniel Renard dans les colonnes du journal La Meuse ce lundi.

Le ton d’Antoine Vidua, dans les éditions de Vers l’Avenir, est similaire : « Les Visétois rêvaient de croiser le fer avec une formation de Division 1. Il n’en sera rien. Ce dimanche, ils ne sont pas venus à bout de Dessel Sport. Leur manque de concrétisation, notamment, leur aura coûté la qualification pour les seizièmes de finale de la Coupe de Belgique ».

Yves Hardy étend son analyse en évoquant, dans les colonnes de la DH, un passé qui avait souri aux Bassi-Mosans. « L’histoire ne repassera pas les plats, pour José Riga du moins. Parce que Visé, à travers sa dénomination actuelle, n’est plus tout à fait celui de l’époque. En 2001, lors du premier passage de Riga chez les Oies, ce Visé-là s’était offert un match de gala face à Beveren. Après avoir écarté aux tirs au but, pour la petite histoire, ce même Dessel Sport de sa route menant au Pays de Waes », écrivait avec justesse mon excellent confrère.

Il est également intéressant de se concentrer sur les différents titres de ces trois productions.

Antoine Vidua a opté pour : « Visé a trop gaspillé pour pouvoir passer ». Dans la Meuse, le titre de Daniel Renard est quasiment identique : « L’URSL Visé a vraiment manqué de réalisme ». Vu l’angle qu’il avait choisi, seul Yves Hardy a donc titré de manière quelque peu différente : « L’histoire ne repassera pas les plats ».

Quant aux différents résumés, ils vont tous dans le même sens : l’URSL Visé a eu des occasions, l’URSL Visé aurait pu planter davantage de roses, l’URSL Visé a encaissé des buts évitables et Jesse Mputu a marqué un goal de manière somptueuse.
Yannick Goebbels